450 420-4420

Douleur

Fasciite plantaire/Épine de Lenoir

Fasciite plantaire/Épine de Lenoir

La fasciite plantaire ou syndrome de l’épine de Lenoir est la blessure au talon la plus fréquente. Il s’agit de la lésion d’un ligament important sous le pied qui assure le bon fonctionnement de la voûte plantaire. La douleur est généralement pire lors des premiers pas le matin et après une période d’inactivité, alors qu’elle diminue avec la marche. Elle peut survenir suite à un traumatisme connu ou être le résultat d’un mauvais positionnement ou fonctionnement des pieds, comme c’est le cas avec une voûte plantaire affaissée. Ce type de douleur peut graduellement se dissiper, mais la récurrence est très fréquente lorsque la blessure n’est pas traitée adéquatement.

  • Douleur au talon ou à l’arche plantaire
  • Douleur accentuée le matin ou après le repos
Névrome de Morton

Névrome de Morton

Le névrome de Morton correspond à une irritation et une compression excessives au niveau d’un nerf entre les 3e et 4e orteils. La douleur est principalement sous l’avant-pied et peut s’étendre sur toute la largeur du pied. Une sensation d’engourdissement, de picotement ou de choc électrique peut être présente au niveau des orteils. L’impression d’avoir une « bosse » sous le pied est très fréquente. La douleur peut être accentuée par le port de chaussures trop souples, trop étroites ou trop serrées. Le port de talons hauts chez la femme est un facteur de risque important. Une mauvaise répartition de la pression sous les pieds dans le cas de pieds plats ou creux peut également favoriser son développement.

  • Douleur sous l’avant-pied
  • Engourdissement/choc électrique aux orteils
  • « Bosse » sous le pied
Oignons

Oignons

Un « oignon » ou hallux abducto-valgus est une difformité de la 1ère articulation métatarso-phalangienne (articulation du gros orteil). Il se développe en raison d’une instabilité du pied au niveau de cette articulation. Il est accentué par le port de talons hauts qui crée une surcharge sous l’avant-pied. Il peut demeurer stable ou progresser au fil des ans. Lorsqu’il n’est pas pris en charge à temps, il peut donner lieu à une difformité permanente et progressivement à une douleur lors des activités et même au repos.

  • Douleur au gros orteil
  • Déviation du gros orteil
  • Rougeur et sensibilité lors du port de chaussures
Orteils marteaux

Orteils marteaux

Un « orteil marteau » est une déformation progressive de l’orteil en position fléchie. Elle se présente en raison d’une instabilité au niveau du pied et d’une mauvaise répartition de la pression sous celui-ci. Cette difformité digitale est très souvent retrouvée avec un « oignon » et peut en être le résultat. La déviation de l’orteil s’accentue au fil des ans et occasionne souvent une douleur sous l’avant-pied lorsque cette instabilité n’est pas contrôlée. En raison de la compression occasionnée par la chaussure sur l’orteil déformé, il peut y avoir la formation d’un cor douloureux sur l’orteil.

  • Déviation de l’orteil
  • Corne sur l’orteil
  • Douleur sous l’avant-pied
Tendinite

Tendinite

La tendinite est souvent associée au mouvement répétitif d’un muscle manquant d’endurance. Elle consiste en l’inflammation d’un tendon et/ou de la gaine qui l’entoure. La cause peut être une augmentation trop rapide de l’intensité lors d’exercices ou encore lors de certaines activités physiques. La présence de pieds plats ou creux entrainant une mauvaise posture est un facteur de risque considérable. La tendinite peut également être déclenchée par une maladie inflammatoire de nature immunitaire, telle que l’arthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, ou encore par le diabète, la goutte et la prise de certains médicaments. Au niveau des pieds, le tendon d’Achille à l’arrière du talon est l’endroit de prédilection pour le développement d’une tendinite.

  • Enflure et rougeur de la peau
  • Douleur à l’arrière du talon ou à la face interne de la cheville
  • Douleur lors d’un mouvement répétitif
Bursite

Bursite

La bursite correspond à l’inflammation d’une « bourse ». Agissant comme lubrifiant, elle sert de barrière entre les os et les tendons à proximité des articulations afin de permettre un meilleur coulissement et de limiter la friction. Au niveau des pieds, elle survient le plus souvent du côté interne de la première tête métatarsienne en présence d’un « oignon » et à l’arrière du talon près de l’insertion du tendon d’Achille. Le développement d’une bursite aux pieds peut être le résultat d’une friction répétitive dans une chaussure étroite ou mal ajustée. Dans certains cas, elle peut être occasionnée par une maladie inflammatoire telle que l’arthrite rhumatoïde.

  • Enflure, rougeur et irritation de la peau
  • Présence d’une « bosse » sensible
Arthrose

Arthrose

L’arthrose est un processus de vieillissement normal des articulations. Au fil des ans, le cartilage s’use dans les articulations qui coulissent alors moins librement. Un mauvais alignement des pieds peut contribuer à une usure précoce des articulations du pied et de la cheville. Il peut en résulter un mauvais alignement des genoux et des hanches occasionnant parfois des inconforts à ces endroits.

  • Douleur articulaire accentuée avec la marche
  • Douleur au gros orteil, à la cheville ou au genou
Fracture

Fracture

Les pieds sont constitués de 26 os chacun et représentent, à eux seuls, 25 % de tous les os du squelette humain. La possibilité de fracture n’est donc pas négligeable. Une fracture peut être secondaire à un traumatisme sévère ou à l’accumulation d’une surcharge au niveau de l’os. La fracture de stress est fréquente chez le coureur et atteint souvent le métatarse, un os sous l’avant-pied. Elle survient en raison d’un stress répétitif appliqué au niveau de l’os occasionnant ainsi des micro-fractures parfois à peine perceptibles sur radiographies. Lorsque suspectée, une fracture de stress nécessite une prise en charge rapide. Les fractures peuvent survenir à tous les âges. Une fracture aigüe démontre généralement une ecchymose alors qu’une fracture de stress peut passer inaperçue. Les orteils contiennent les os les plus souvent fracturés. Il est suggéré de ne prendre aucune blessure susceptible d’être une fracture à la légère.

  • Ecchymose
  • Douleur aigüe
  • Douleur persistante
Entorse de cheville

Entorse de cheville

L’entorse ou « foulure » de la cheville est fréquente chez les sportifs. Elle peut survenir en raison d’un mouvement brusque et être le résultat du port de chaussures non adaptées au sport pratiqué. Certains individus présentent un pied instable à risque d’entorses répétitives. Il existe différents grades d’entorses allant de l’élongation (étirement) du ligament jusqu’à la déchirure complète de celui-ci. Lorsqu’elle est plus sévère, elle présente souvent une ecchymose à la face interne de la cheville. Quel que soit le grade, elle nécessite une prise en charge rapide afin de retrouver un fonctionnement normal de l’articulation le plus rapidement possible et sans séquelle.

  • Cheville instable
  • Ecchymose
  • Douleur aigue avec enflure
Syndrome fémoro-rotulien (genou)

Syndrome fémoro-rotulien (genou)

Le syndrome fémoro-rotulien est le résultat d’un mauvais alignement de l’articulation du genou. Une douleur est généralement présente autour de la rotule et est accentuée lors d’activités physiques et en descendant un escalier. Les adolescents actifs y sont plus sujets. Un mauvais alignement des pieds contribue fréquemment à la survenue de cette pathologie. Il est suggéré de procéder à une évaluation biomécanique complète des pieds lorsqu’elle se présente afin de déterminer s’ils peuvent en être la cause.

  • Douleur sous la rotule
  • Douleur accentuée en descendant un escalier
Douleurs lombaires

Douleurs lombaires

Les douleurs au bas du dos sont très fréquentes. Une inégalité de longueur des jambes peut contribuer à un mauvais positionnement des hanches et du bassin favorisant ainsi la survenue de douleurs lombaires. Le pied creux occasionne, quant à lui, un manque d’absorption de chocs qui peut se traduire par des douleurs au bas du dos entre autres. Une évaluation biomécanique est suggérée afin de déterminer si le fonctionnement des membres inférieurs peut en être la cause.

  • Douleurs au bas du dos en position debout
  • Douleurs persistantes